La vitalité selon Sidibé

malik_sidibe_fondation_cartier_reve_famlilier
(c) Malik Sidibé

Jusqu’au 25 février, la Fondation Cartier présente une importante rétrospective de l’œuvre de Malick Sidibé, décédé en 2016. Ce sont pour beaucoup des clichés réalisés Lire la suite

BETTINA RHEIMS

bettina-rheims-laetitia-casta
(c) Bettina Rheims, Laetitia Casta, 2002

La MEP propose une très belle rétrospective du travail de B. Rheims. D’une salle à l’autre on découvre les différentes séries de l’artiste et à travers elles, ses lubies : la femme, la beauté, le sexe, le genre… Ses femmes dont les portraits en grands formats et aux plans serrés plantent leurs yeux dans les vôtres et vous demande de les prendre comme elles sont. Parfois fardées, parfois théâtralisées, elles s’offrent entièrement à l’objectif. Les matières sont très présentes dans l’œuvre de Rheims, on sent la douceur du satin, des velours, la rugosité du tulle, du cuir et du latex. Mais lorsque les sujets sont suffisamment forts sans avoir besoin d’artifice, tel que dans « Modern Lovers » ou sa série sur les femmes en prison, la photographe, laisse toute sa place au modèle. Saluons d’ailleurs la scénographie qui avec pertinence met en vis-à-vis les prisonnières aux yeux fuyants, s’excusant d’être là et les stars de la chanson sensuelles et ostentatoires. L’ascension des escaliers de la MEP vous mènera au ciel, avec la série I.N.R.I. Apothéose de la recherche de la beauté, de la composition, tout en bousculant le politiquement correct. Beau et bouleversant !

B. Rheims – Maison européenne de la photographie (28.01.16 – 27.03.16)