« Les cloches sonnent sans raison et nous aussi »

homme-approximatif-tristan-tzara
D’après photo (c) Henri Martinie / Roger-Viollet

Etes-vous au calme ? Avez-vous 6 minutes à tuer ? C’est le temps qu’il vous faut pour lire l’un des dix-neuf poèmes de L’Homme approximatif. Laissez-vous un moment hypnotiser par l’écriture automatique de Tristan Tzara… Ne vous y trompez pas, ces textes sont tout sauf n’importe quoi, écrit n’importe comment. De quoi parle-t-on ? Pas de titres, pas de sections… Comment s’orienter ? Vous découvrirez que chaque poème développe en fait un thème assez classique : l’ennui (I), le désir (V)… Vous vous demanderez peut-être pourquoi Tzara utilise un style aussi alambiqué pour parler de choses aussi simples. Gratuité ? Provocation ? Ayez en tête que l’étrangeté des images est toujours provoquée pour signifier plus ou mieux.

« homme approximatif te mouvant dans les à-peu-près du destin / avec un cœur comme valise et une valse en guise de tête / buée sur la froide glace tu t’empêches toi-même de te voir / grand et insignifiant parmi les bijoux de verglas du paysage.».

L’Homme approximatif, Tristan Tzara, 1931, nrf, Poésie / Gallimard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s